Hommage

Kofi Annan, décédé à l’âge de 80 ans le 18 août à Berne après une courte maladie, était une personne chère à Pictet, et en particulier au Prix Pictet.

Après dix ans au poste de secrétaire général des Nations Unies, il s’était installé dans la région genevoise pour se consacrer à des causes humanitaires par le biais de la Fondation Kofi Annan.

Kofi Annan, qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2001 pour son travail avec l’ONU, a été pendant plusieurs années un orateur régulier lors d’événements clients. Ses contributions ont été invariablement reçues avec enthousiasme et marquées par sa gravité, sa grâce et son charisme naturels.

Kofi Annan (1938-2018) Kofi Annan lors de la cérémonie du Prix Pictet “Disorder” à Paris, le 12 novembre 2015

Mais nous le connaissons mieux dans son rôle de Président d’Honneur du Prix Pictet, responsabilité qu’il a acceptée lors de la création du Prix en 2008 et poursuivie jusqu’à ce jour. Son rôle pouvait sembler modeste, mais sa contribution a été immense. En effet, c’est sans doute grâce au fait que Kofi Annan y a associé son nom que le Prix Pictet a immédiatement bénéficié d’une renommée mondiale. Le développement durable lui tenait particulièrement à cœur et était, avec la paix et la sécurité, l’un des trois principaux axes de sa Fondation. De plus, il croyait profondément au pouvoir de la photographie pour mettre en lumière le défi que représente la création d’un monde plus durable.

À chaque cycle du Prix Pictet, Kofi Annan était présent pour annoncer le gagnant et remettre la récompense, une tâche qu’il a accomplie pour six des sept éditions à ce jour. Il n’a manqué qu’une seule cérémonie de remise du prix, en 2012: il avait accepté un poste d’envoyé spécial pour les Nations Unies en Syrie. Ses apparitions lors de ces soirées, à Paris ou à Londres, ont toujours été accueillies avec enthousiasme et applaudissements, lui qui suscitait un tel respect et une si grande sympathie.

Lors de la remise du prix, l’auditoire s’accrochait à chacune de ses paroles, quand il abordait les questions de développement durable auxquelles l’humanité est confrontée. Il parlait parfois gravement, parfois avec émotion, mais toujours avec une autorité qui a marqué tous ceux qui ont eu la chance de l’écouter.

Il n’était cependant pas dénué d’une certaine légèreté et d’humour, mais il était surtout doté d’une remarquable finesse d’esprit, ainsi que d’un optimisme irrépressible, ce qui ne manquait jamais d’impressionner chacun d’entre nous. Accompagné de sa chère épouse Nane, avec qui il formait un couple complice et harmonieux, il aimait se promener à travers les expositions du Prix Pictet quelques minutes seulement avant les cérémonies, contemplant chaque œuvre.

En tant qu’homme d’Etat, la contribution de Kofi Annan à la paix et à la sécurité mondiales est sans égale. Nous lui sommes extrêmement reconnaissants d’avoir consacré une partie de son temps au Prix Pictet, malgré ses nombreux engagements internationaux. Ses conseils avisés, sa sagesse et sa générosité d’esprit vont nous manquer. Il est irremplaçable.

Stephen Barber
Président du Prix Pictet